mercredi 15 janvier 2014

Bilan 2013 : le double-film de l'année

La Chute de la Maison Blanche (Olympus has fallen) & White House Down

Avant-propos : cet article devait être initialement incorporé à un autre article bilan sur le meilleur de 2013, mais face à l'incroyable analyse que je pouvais exposer sur la comparaison entre ces deux films, je décidai de leur consacrer un article entier à eux seuls.

A l'image des deux films sur La Guerre des Boutons ou des deux films sur Yves Saint-Laurent en 2014, Hollywood a décidé cette année que la Maison Blanche serait détruite deux fois.
Je reconnais avoir eu mes a priori sur ces deux films, et surtout une légère réticence pour White House Down sorti plusieurs mois après Olympus has fallen (que j'avais donc adoré à sa sortie). Heureusement, les deux films ne boxent pas dans la même catégorie : Le premier étant une petite production (toutes proportions gardées) et le second un blockbuster d'été. Et si j'ai adoré les deux films, c'est parce qu'ils ont tous les deux une approche différente du sujet (et aussi, bien entendu, parce que j'adore les films d'action).


Olympus has fallen sauve son manque de moyens par ses scènes d'action sans compromis et ses personnages manichéens au possible. Ainsi Gérard Butler incarne un héros de film d'action dans la plus grande tradition du genre. Il n'est pas ce Bruce Willis/John McClane au mauvais endroit au mauvais moment, il est le sauveur et celui qui donnera sa vie pour protéger le Président. A ce titre, le film rappelle les productions des 80's avec leur côté rentre-dedans, et tant pis si cela n'a rien de bien cohérent, nous pouvons être fiers d'avoir un héros badass qui rappelle les meilleurs moments de Jack Bauer. Du sang, des insultes, des one-liners, et surtout une prise d'assaut sur la Maison Blanche absolument spectaculaire.
Olympus has fallen n'évite pas les clichés et la vulgarisation des ennemis, mais il a ce charme inhérent aux vieux films d'action où tout était grotesque mais où l'on s'en fichait parce que tout ce que l'on voulait, c'était de l'action, de l'action, et encore de l'action !
Pour finir, mention spéciale à Gérard Butler, certainement un des meilleurs acteurs pour ce type de rôle.



De son côté, White House Down propose une toute autre approche. Le film, à l'opposé de son concurrent, vise un public plus "familial" puisque il n'y est pas fait mention une seule fois du "F-word" et qu'aucune goutte de sang n'y est versée. Cela ne lui empêche pas néanmoins de proposer son lot de scènes d'action toutes aussi improbables les unes que les autres (voir la course-poursuite en limousine) et d'y créer un certain suspense. Là où le film se différencie d'Olympus has fallen, c'est dans sa dynamique, résolument plus tournée sur l'humour et le duo formé par Channing Tatum et Jamie Foxx. Le film s'oriente alors vers le buddy-movie et l'interprétation de Jamie Foxx dans le rôle du Président "cool" joue beaucoup dans la réussite du film. Son partenaire, Channing Tatum, n'a clairement le look du héros badass mais son implication est très convaincante. Le film puise aussi très volontiers dans Die Hard - Piège de Cristal (mauvais endroit, mauvais moment, membre familial du héros pris en otage) et Rock (groupe militaire qui prend un bâtiment iconique en otage) pour certains aspects du scénario. Au final, le film se veut plus fun et plus décomplexé qu'Olympus has fallen, ce qui en fait un divertissement, certes pas très fin, mais bien spectaculaire comme je les aime.
Et pour finir, une mention spéciale à James Woods, qui manque trop au cinéma et qui fait son retour dans ce film.


J'étais le premier à soulever le ridicule de cette situation ou deux films similaires sortent à quelques mois d'intervalles, mais je ne peux nier le plaisir que j'ai pris devant ces films d'action nostalgiques d'une époque révolue.
Bref, j'en redemande !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire