vendredi 6 juillet 2012

The Amazing Spider-Man



Autant le dire tout de suite, en tant que grand fan de la trilogie orchestrée par Sam Raimi, je voyais d'un très très mauvais œil le lancement de ce reboot seulement 5 ans après le dernier film sorti au cinéma. Sam Raimi et son équipe remerciés, Sony se devait de lancer un nouveau film avant 2013 afin de ne perdre les droits d'adaptation au profit de Marvel Studios. De ce point de vue, un film fait pour de mauvaises raisons aboutit-il forcément à un mauvais film ? Comment The Amazing Spider-Man peut-il faire oublier ses (excellents) prédécesseurs lorsque (presque) rien ne joue en sa faveur ? Le film se doit donc de convaincre et pas qu'un peu.

A la fin de la séance, le résultat est sans appel, The Amazing Spider-Man est un film que je qualifierais de "bâtard". Pourquoi ? Tout simplement parce que le film jongle sans cesse entre le très bon et le très mauvais. De nouvelles et, parfois, géniales idées se mêlent à d'autres désolantes de bêtise. Ce qui provoque donc ce sentiment désagréable d'avoir assisté à un film bâclé et dont on ne sait sur quel pied danser. Explications.

Commençons par les points positifs voulez-vous. A savoir tout d'abord la volonté d'orienter le film vers la recherche de la figure paternelle. Une idée nouvelle qui jalonne une bonne partie du film (le "mais" arrivera plus tard).
Le deuxième et non moins bon point positif du film reste indéniablement le choix de l'acteur Andrew Garfield. Son interprétation tranche radicalement avec celle de Tobey Maguire. Le personnage a toujours plus ou moins le même parcours, mais Andrew Garfield réussit à se réapproprier complétement la personnalité du héros. Peter Parker est ici un ado comme les autres, pas vraiment replié sur lui-même mais essayant de se fondre dans la masse et ayant toujours un peu de mal à accoster les filles. Loin du féru de science un peu coincé que l'on a précédemment connu.
Le troisième point positif vient du couple Andrew Garfield/Emma Stone. Leur duo fonctionne à merveille et reflète à lui seul l'idée centrale du film à savoir une romance plus présente et plus déterminante sur le futur du héros masqué.


Le héros masqué, venons-on justement. Le cheminement jusqu'à sa première apparition est plutôt bien amené et propose une parfaite distinction entre la notion de justicier masqué et de super-héros. Cette balance résonne agréablement bien pendant toute la durée du film et trouve même sa résolution dans une scène de sauvetage très réussie.
Beaucoup moins agréable, le scénario et ses nombreuses faiblesses en terme de recyclage (oui oui) et de pistes narratives délaissées. Je parle de recyclage puisqu'il est assez fréquent et surprenant de remarquer que le film emprunte pas mal de scènes ou de thèmes présents dans les films de Sam Raimi. Et quand je dis "emprunter", j'entends par là "copier", plagier" ou même "paraphraser". Je ne mentionnerai pas tous ces détails, les fans de la trilogie originelle les reconnaîtront certainement. En ce qui concerne les pistes délaissés, je me sens obligé de les mentionner tellement que je suis en colère contre les scénaristes face à une pratique pareille, mais je cache le texte pour ceux qui souhaiteraient garder une "éventuelle surprise". Surlignez les lignes suivantes pour lire : Je tiens juste à signaler que l'on se fout un peu de notre gueule. Le slogan du film est "L'histoire jamais révélée", autrement dit la recherche de la vérité à propos de la disparition des parents de Peter Parker. Bien que la première demie-heure semble s'orienter dans cette voie, lorsque le générique de fin apparaît, vous n'en saurez pas plus et n'aurez absolument AUCUNE réponse ou découverte. Un sentiment désagréable renforcé par une scène post-générique tout simplement inutile juste là pour vous rappeler (encore) que vous connaîtrez la vérité dans... Le prochain épisode bien sûr. Bonjour la frustration.
Je ne mentionnerai pas la mise en scène, sans âme ni aucune saveur. Nous sommes face à un film sans identité visuelle propre et incapable de se démarquer de ce qui a été fait auparavant. Alors certes, le film a ses petites idées qui fonctionnent (notamment l'humour de Spider-Man) mais tellement de défauts pointent par ci et par là qu'il est impossible de garder une opinion globalement positive à la sortie de la salle.

Pour ma part, dans la catégorie des films de super-héros, le film se range dans les adaptations moyennes. Sans être aussi mauvais qu'un Ghost Rider mais n'atteignant pas pour autant les sommets d'un Spider-Man 2, The Amazing Spider-Man se pose en blockbuster calibré mais qui ne se foule pas pour autant en offrant le minimum syndical niveau spectacle. Bref, divertissant mais oubliable.

Vous allez certainement penser que je détruis le film en bonne et due forme, mais ouvrez les yeux mes amis, et là je m’adresse à ceux qui l'ont vu : pensez-vous réellement que le film restera dans les mémoires ? Je crois quand même que nous sommes en droit d'attendre mieux. J'aime profondément Spider-Man. Il fait partie, avec Batman, de ces héros indissociables de mon enfance parce qu'ils m'ont fait rêver pendant des années. Mais aujourd'hui, avec The Amazing Spider-Man, le rêve s'est laissé écraser par la machine Hollywoodienne, qui nous prouve encore une fois que le plus grand des supers-pouvoirs reste l'argent.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire