vendredi 30 septembre 2011

Intouchables



Avec le génial "Nos Jours Heureux" et le surprenant "Tellement Proches", autant dire que le nouveau film du tandem Eric Toledano/Olivier Nakache était attendu au tournant. Les deux metteurs en scène étant presque en passe de devenir les nouveaux rois de la comédie française, il est normal d'avoir des doutes quant à la qualité de leurs prochains films.

Inutile de vous faire patienter plus longtemps. Oui, le film est une grande réussite. Oui, François Cluzet et Omar Sy sont excellents. Et oui, c'est le film de la confirmation pour les réalisateurs. Ce n'est peut-être pas le plus drôle qu'ils aient réalisé mais c'est certainement le plus émouvant et le plus abouti en terme de mise en scène.


A ce titre, dès le début du film, une chose frappe immédiatement, c'est cette fameuse mise en scène.
Si l'on ne sait pas à quoi s'attendre en allant voir Intouchables, la scène d'intro nous ferait presque croire que l'on va assister à un drame voire à un film d'action (Il fallait oser de commencer une comédie avec une course-poursuite en Maserati). La suite ne fera que confirmer cette tendance. Que ce soit dans le style de mise en scène (adapté au caractère du personnage), dans le choix des musiques ou dans la finesse des dialogues, Intouchables reste cohérent du début à la fin et réussit le mélange sous toutes ses formes.

En effet, le film entend développer l'amitié naissante entre un aristocrate tétraplégique et un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Nul doute que le choc va provoquer des étincelles. Et c'est justement ce mélange des genres qui créé le véritable moteur comique du film. L'idée d'associer deux personnages complétement opposés n'est, certes, pas nouvelle mais elle est traitée ici avec beaucoup (beaucoup) d'humour et beaucoup de tendresse. Les personnages bénéficient d'un réel traitement et évoluent considérablement entre le début et la fin, c'est une chose assez rare ces derniers temps au cinéma qu'elle se doit d'être remarquée.

Si le talent de François Cluzet n'est plus à prouver, il est néanmoins indéniable que sa performance est assez surprenante puisque toutes ses émotions passent uniquement par le visage. Il s'agit là d'un personnage qui aurait pu facilement tomber dans la caricature mais il n'en est rien. Concernant Omar Sy, il va sans dire qu'il réalise sa plus belle performance. Véritable boule d'énergie, l'acteur nous dévoile une palette conséquente de son jeu et s'impose en parfait contrepoids face à François Cluzet.


En y réfléchissant bien, Intouchables possède très très peu de défauts. Ce serait titiller que de reprocher deux, trois détails futiles par ci par là tant le film réussit à créer, à imposer une personnalité et une atmosphère qui lui sont propre.
Au fil de leurs réalisations, Eric Toledano et Olivier Nakache parviennent donc, sans mal apparent, à développer des films qui mélangent habilement comédie pure et émotion. Très bien écrit, joué avec beaucoup de justesse et réalisé avec beaucoup de talent, Intouchables déchaîne les rires (et pas juste les sourires) et vous procure l'incroyable sensation d'avoir assisté à un beau moment de cinéma, loin d'être éphémère.

Découvrir ce genre de surprises à l'heure d'aujourd'hui au cinéma relève de la science-fiction. C'est donc tout naturellement que je ne peux que vous encourager à découvrir Intouchables, qui restera probablement comme l'un des meilleurs films français de 2011.

P.S. : Découvrez à la fin de cet article l'intégralité de l'entretien d'après film avec Olivier Nakache et François Cluzet face aux spectateurs de l'avant-première.
 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire