samedi 2 juillet 2011

L'Affaire Rachel Singer


L'Affaire Rachel Singer (The Debt en vo) fait partie de ces films passés complétement inaperçu en salles mais qui, pourtant, se révèlent suffisamment efficaces pour mériter d'être vus.

Ici, le film tire son épingle du jeu principalement grâce à son habile mélange des genres. On est bien devant un thriller militaire mais ce n'est que la toile de fond de cette histoire qui développe bien plus de choses que l'on ne pourrait penser.


En effet, L'Affaire Rachel Singer commence avec la soi-disant réussite d'une mission de capture d'un ancien nazi par 3 agents du Mossad, mais 30 ans plus tard, la vérité risque d'éclater...
Le film navigue plus ou moins constamment entre ces 2 époques et c'est là où l'on remarque sa (légère) faiblesse. En effet, les 20 premières minutes sont assez laborieuses de ce point de vue là, on alterne entre 1965 et 1994 sans vraiment savoir le lien particulier. A ce rythme là, je commençais à ma demander si le reste du film serait aussi fatigant.

Fort heureusement, passé cette introduction, le film trouve son rythme et développe en majeure partie toute la mission de capture en 1965. Autrement dit, les meilleurs moments du film.
Préparation de la mission, espionnage, triangle amoureux, huit-clos, et j'en passe. L'Affaire Rachel Singer trouve sa force lorsqu'il consacre à son récit toute l'émotion et la tension nécessaires à cette dangereuse mission. Le mélange des genres est, ici, géré avec beaucoup de maîtrise.


Les acteurs y sont pour beaucoup dans cette réussite. Jessica Chastain, la première, qui incarne à merveille cette femme désemparée face à l'importance de la mission et face aux sentiments ambiguës qu'elle éprouve pour ses compagnons. Et ses compagnons, parlons-en, Sam Worthington retrouve enfin un bon rôle depuis Avatar et exprime avec beaucoup de retenue les grandes faiblesses de son personnage.

Malheureusement, là où le bât blesse encore une fois, c'est lorsque que l'on retourne dans le présent avec un twist, certes habilement trouvé, mais qui tristement tombe à plat. La faute à un manque évident de tension qui vient parasiter cette dernière partie jusque dans son dénouement, bâclé en 2 minutes. C'est bien dommage au vu de l'excellence qu'avait le film jusque là.

L'Affaire Rachel Singer est donc un film sans grande réelle ambition qui compense miraculeusement son montage maladroit par des acteurs impliqués et une histoire (la mission) mêlant astucieusement thriller et huit-clos. A voir.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire